RP digitales : quand les médias français investissent Snapchat

C'est le réseau social chouchou de ceux que l'on appelle les "Millennials". Cible souvent lointaine des grands médias, sur un support dont l'usage fut d'abord personnel voire intime, et basé sur l'éphémère : comment et pourquoi la presse française se lance-t-elle à son tour sur Snapchat ? Comment intégrer ce média social aux RP digitales et relations presse ?

Génération digitale

Les Millennials

Ils ont entre 11 et 18 ans et passent une grande partie de leur journée à échanger sur les médias sociaux : la génération "Millennials" -celle qui n'a pas connu le XXe siècle, caramail, MSN et le téléphone filaire- a l'ADN connecté.

Les supports passent, les usages restent...

Oubliant vite qu'au mème âge nous passions des heures entières accrochés au téléphone pour se raconter nos vies entre collégiens, nous aurions tort d'y voir un quelconque changement des mœurs. Encore moins un cloisonnement ou un excès de virtuel loin de certaines réalités : au contraire, et quelle formidable "lien" à investir pour la presse et les marques ! Au crible aujourd'hui : Snapchat, ou comment les médias traditionnels français adaptent-ils l'info-presse à une nouvelle cible, toujours plus curieuse du monde qui l'entoure.

Snapchat, c'est quoi?

Snapchat, c'est le média social de "l'instant". C'est d'ailleurs sa baseline : "La vie est plus intense quand on la vit dans l'instant". Le principe est simple : partager avec un ou l'ensemble de ses contacts photos et vidéos qui s'"autodétruiront" après visionnage. Pour les non-Millennials : un peu comme dans l'Inspecteur Gadget 😉

Snapchat, c'est :

  • 150 000 millions d'utilisateurs qui créent du contenu chaque jour (source: Bloomberg), dont 8 millions d’utilisateurs en France.*
  • 10 milliards de vidéos sont vues chaque jour sur Snapchat.*
  • des utilisateurs qui ont majoritairement moins de 25 ans

Nous disions donc : quelle opportunité ! Mais pas sans stratégie...

La presse et Snapchat

Bienvenue sur Discover :

Jeudi dernier fut une petite révolution : 8 médias français ont été sélectionnés pour figurer dans la partie "Discover" de l'appli. Jusqu'à présent, nuls contenus francophones en suggestions. On y retrouve des supports déjà bien positionnés sur des formats accrocheurs et "social média friendly": "Konbini", "Vice", "Melty", "Tastemade". Mais aussi de grands supports plus traditionnels comme "le Monde", "L'Equipe", ou ciblés trentenaires comme "Cosmopolitan".

Les objectifs sont pluriels : l'opportunité de s'adresser aux 60% de Millénnials connectés tous les jours sur Snapchat est formidable pour ces médias, à condition d'adapter son contenu à la fois au support et aux attentes des plus jeunes. Mais cela va également de pair avec la diversification grandissante des usagers de Snapchat, qui compte désormais parmi ses adeptes un panel élargi de la pyramide des âges.

snapchat7

Et ça donne quoi ?

Pour Cosmopolitan, il s'agit de capter un public dont la présence sur un média social est une question de secondes : via des visuels "flashy" et des titres accrocheurs, ils donnent irrésistiblement envie de cliquer sur le lien renvoyant à leur site.

snapchat2

En dehors de Discover ?

Et les autres médias, ceux qui ne sont pas présents dans Discover?

Les blogueurs/blogueuses ont déjà fortement investi le média, mais notons la présence grandissante de la presse traditionnelle qui s'adapte aux us et coutumes de ce support pas tout à fait comme les autres. Parmi eux, le Figaro. Tous les jours, l'actualité est passée au filtre Snapchat par deux très jeunes présentateurs, à grands coups d’émojis, de filtres et tags simplissimes. L'info se résume à une image et une ou deux phrases maximum. On zappe de titres en titres passant parfois du plus sombre à un humour totalement décalé : tous les codes sont là (tellement bien qu'un "vieux trentenaire" aura du mal à tout comprendre !!!).

snapchat1  snapchat5  snapchat4

snapchat8  snapchat3  snapchat6

Pour aller plus loin :  Le Monde sur Snapchat et Discover

 

En Nouvelle Aquitaine, nous nous souvenons aussi des contenus publiés par "20 Minutes", qui a lancé ses premières interviews sur Snapchat durant Bordeaux Fête le Vin. Mickaël Rouyer, directeur de Blaye Côtes de Bordeaux, se rappelle du passage de la journaliste sur son stand : "il fallait être percutant et concis !"


Bordeaux fête le vin comme si vous y étiez par 20Minutes

 

RP digitales et relations presse

Côté marques et entreprises

Côté professionnalisation, Snapchat a ses freins, souvent évoqués : difficulté d'émettre des statistiques précises, un contenu éphémère et donc non référencé, etc. Alors pourquoi s'y lancer ? Pour les marques, l'occasion de s'adresser aux jeunes adultes est une réelle aubaine. En passant par les influenceurs, ou en créant ses propres "stories".

Ou pour y faire de la veille : suivre les grands médias et les supports spécialisés pour s'adapter à cette nouvelle consommation de l'information, repérer les nouveaux influenceurs, etc.

Et Passerelles ?

Tous les matins, nos experts social média se font une "revue de snaps", au même titre qu'une revue de presse web et papier.

Question présence, ce média social a désormais toute sa place dans l'élaboration de nos stratégies influenceurs lors de valorisation d'événements. Twitter, Facebook, Périscope :  inciter à la création de contenus par les participants sur ces supports et suivre ceux qui seront générés durant les grands rdv, c'est l'un des rôles des experts RP digitales.

Pour exemple : la course Adren Addict le 9 octobre prochain à Bordeaux, durant laquelle une équipe d'influenceurs twitteront et snaperont leurs impressions en direct.

 

(*Source : le Blog du modérateur - http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-snapchat/)